SIEL : une messe de livre ou « a mess of books »

Comme chaque année, la Foire de Casablanca a accueilli chez elle le SIEL (Salon International de l’Edition et du Livre) pour une période de deux semaines. Un petit récapitulatif pour ceux qui l’ignorent: c’est un événement culturel qui a pour but de promouvoir la lecture. Vous y trouvez des éditeurs, des écrivains, des cinéastes, des lecteurs. Et bien sûr, puisque nous sommes au Maroc, vous … Continuer de lire SIEL : une messe de livre ou « a mess of books »

«Martin Eden», Jack London

Quand ça parle de livres et de littérature, il est impossible que je ne craque pas. Le gros pavé dont il est question aujourd’hui est un roman tellement plein, tellement riche et tellement dense que j’ai peur de l’aborder. C’est du chef-d’œuvre de Jack London qu’il sera sujet. Celui qui a ébouriffé plus d’un. Il s’agit bien évidemment de « Martin Eden ». Je suis … Continuer de lire «Martin Eden», Jack London

«Loving», Jeff Nichols

Nos soirées cinéma sont enfin de retour. Moi qui ne suis pas une cinéphile et qui s’ennuie au bout d’une dizaine de minutes devant un film, ai été fascinée et émerveillée durant chaque minute écoulée.Cette adaptation cinématographique par Jeff Nichols du roman « L’amour des Loving »* est un délice qui est absolument à voir. Le film rend hommage à un couple qui – à … Continuer de lire «Loving», Jeff Nichols

«Les Désorientés», Amin Maalouf

Avec mes sérieuses pertes de mémoire qui ne font que s’accentuer de plus en plus, je vous parlerai d’un roman que j’ai lu durant le mois de décembre. Un mois et quelques jours me séparent de tous les détails que j’ai inscrits dans ma mémoire. A l’instant, ils sont tous profondément enfouis. Mais au travail ! Nous les ferons tous surgir, petit à petit. Pour … Continuer de lire «Les Désorientés», Amin Maalouf

« L’obélisque du calife », Mohammed Ennaji

Fascinée par les couleurs du dessin et la quatrième de couverture, le roman a rejoint ma petite bibliothèque il y a quelques mois. Mon choix de livre a rarement cédé à ces deux critères mais faire l’exception une ou deux fois ne fait de mal à personne. Poétiquement écrit et aux tonalités audacieuses, Mohammed Ennaji donnera naissance à son dernier roman « L’obélisque du calife », où il … Continuer de lire « L’obélisque du calife », Mohammed Ennaji

« L’architecte du Sultan », Elif Shafak

Des trois romans que j’ai lus, celui-ci est mon préféré. Là, je pourrai trancher et dire que c’est un coup de cœur pour moi. Je ne vais pas passer pour la grincheuse de service comme il a été le cas pour mon avis en ce qui concerne « Soufi, mon amour ». Je suis toujours émue et mon cœur est toujours lourd d’émotions. Cela fait … Continuer de lire « L’architecte du Sultan », Elif Shafak

« Soufi, mon amour », Elif Shafak

J’avoue être perplexe en refermant le livre. Mitigée aussi ! Beaucoup même. Je ne sais quel avis avoir et quel camp prendre. « Soufi, mon amour » n’est ni un coup de cœur ni un coup de gueule pour moi. Le titre est troublant. Soufi est un prénom ? Sera-t-il celui de la personne dont est amoureux le protagoniste du livre ? Pourquoi choisir un derviche tourneur ? Ah, le … Continuer de lire « Soufi, mon amour », Elif Shafak

« La bâtarde d’Istanbul », Elif Shafak

Le passé ! cette boule écrasante dont le poids nous poursuit sans relâche. Quelle place a-t-il dans l’histoire d’un individu et dans celle d’une nation ? Arrive-t-on à guérir de lui quand il nous a infligé beaucoup de souffrance ? Finit-on par l’oublier et par se débarrasser de son poids lourd qui nous pèse sur les épaules ? N’est-il que question de temps ou allons-nous le traîner derrière nous à … Continuer de lire « La bâtarde d’Istanbul », Elif Shafak

« Ni fleurs ni couronnes », Souad Bahéchar

Pour cette fois, un roman s’inscrivant dans la littérature maghrébine d’expression française occupera une place dans ce blog.  « Ni fleurs ni couronnes » de Souad Bahéchar sera le sujet de ce billet. Ne vous inquiétez si c’est la première fois que vous rencontrez le nom de l’écrivaine ou de son œuvre. C’est le cas pour moi aussi. La première rencontre a eu lieu dans un cours de … Continuer de lire « Ni fleurs ni couronnes », Souad Bahéchar

« De nos frères blessés », Joseph Andras

Pour une deuxième fois, le prix Goncourt du premier roman a couronné un des romans publiés chez la maison d’édition Actes Sud. Pour ce qu’il est de l’auteur, « Joseph Andras » n’est qu’un pseudonyme. « Un nouvel Emile Ajar ? », ceci a été la première pensée qui a effleurée mon esprit en apprenant cela. Sauf que ce dernier a refusé le prix attribué à son roman. Selon lui, … Continuer de lire « De nos frères blessés », Joseph Andras