«Loving», Jeff Nichols

Nos soirées cinéma sont enfin de retour. Moi qui ne suis pas une cinéphile et qui s’ennuie au bout d’une dizaine de minutes devant un film, ai été fascinée et émerveillée durant chaque minute écoulée.Cette adaptation cinématographique par Jeff Nichols du roman « L’amour des Loving »* est un délice qui est absolument à voir.

Le film rend hommage à un couple qui – à côté de Malcom X, de Martin Luther King et de Rosa Parks, a joué un rôle très important dans la marche vers l’égalité. Il met en perspective l’horreur des lois ségrégationnistes à travers l’histoire d’amour de Richard et Mildred Loving.

L’histoire se passe dans l’Amérique des années 50. À l’époque, les unions entre Noirs et Blancs étaient interdites dans 24 États américains. L’État de Virginie, là où vivent les Loving, est un d’eux.

Les gens dont il est question sont des gens simples, menant une vie paisible et tranquille. Elle est noire et lui est blanc. L’amour qui les unit n’a besoin de preuve. Il coule de soi dès les premiers plans. Sauf qu’ils n’ont droit à s’aimer. Leur amour est un crime aux yeux de la loi de leur État. Pour pouvoir se marier, ils iront à Washington et reviendront chez eux l’après-midi même.

Quelques semaines après leur union, le shérif et deux autres hommes vont débarquer chez eux en pleine nuit et vont les emporter en prison. Présentés devant le juge, ils risquent un an de prison pour avoir osé de s’aimer et avoir voulu fonder une famille. S’ils veulent éviter la sentence, ils devraient s’exiler et ne revenir à l’État ensemble ou au même temps pour une période de 25 ans. Quel dilemme ! Ils choisiront plutôt de s’accrocher l’un à l’autre. Ils vont quitter leurs proches pour s’installer à Washington, chez un cousin de Mildred.

L_03449.jpg

Durant cette période de vie à Washington où ils ont eu deux garçons et une fille, Mildred écrira à Robert Kennedy, ministre démocrate de la Justice. Soutenus et aidés par des associations et des avocats visionnaires, ils gagneront leur combat contre la ségrégation raciale et pourront enfin revenir vivre dans leur ville natale. Dix ans après leur mariage, la Cour Suprême a enfin reconnu leur amour. Depuis, cette loi interdisant les mariages entre des personnes de « races » différentes sera anticonstitutionnelle.

Le moment le plus fort et émouvant de l’histoire :

thumbnail_25144

« Tell the judge I love my wife », fut la réponse de Richard quand un des avocats qui a porté l’affaire devant la Cour suprême lui a demandé s’il avait un message qu’il voulait qu’il le lui transmette.

Ce film profondément humain est un combat pour l’égalité. Un magnifique exemple de la résistance d’un couple mixte contre une loi raciste.

Tout au long du film, on se laisse bercer par la beauté, la poésie et la délicatesse de la mise en scène et des plans ; et par la lenteur du rythme.

  • « L’amour des Loving », écrit par Gilles Biassette.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s