Fantastic Beasts & Where to find them

«Les animaux fantastiques», David Yates

J’ai pu tenir douze jours avant que je ne succombe à la tentation d’aller assister à la dernière production de David Yates. « Les animaux fantastiques » ou « ’The fantastic Beasts » » avait tout pour nous rappeler l’univers qui berçait notre enfance, adolescence et jeunesse. Le premier étant le nom de Norbert Dragonneau auteur d’un manuel sur les animaux fantastiques qui ne manqua pas d’intriguer la jeune Hermione Granger en troisième année. Ce clin d’œil à la célèbre série de J. K. Rowling n’est pas le seul. L’écharpe de Poufsouffle dans sa valise alors qu’il débarquait à New York, une écharpe qu’il mettra aussi dans la scène finale du film. L’énonciation de noms tels qu’Albus Dumbledore, éminent professeur de magie à l’école britannique de Poudlard, Leta Lestrange parente de la très dérangée Bellatrix Lestrange cousine et meurtrière de Sirus Black qui n’est autre que le parrain d’Harry Potter. Gilbert Grindelwald n’est pas oublié puisqu’il s’agit de ce même mage noir qui fût un vieil ami d’Albus Dumbledore et le compagnon de sa quête pour retrouver les reliques de la mort et meurtrier involontaire d’Ariana Dumbledore.

Aux rayons des créatures, on retrouve le Niffleur véritable star de ce film qui fût lâché par Lee Jordan dans le bureau d’Ombrage, le Muralp qui a été cité par Hermione, le Bortruc qui fût un des sujets du cours des soins des créatures magiques. Le symbole des reliques de la mort, utilisé par les adeptes de Grindelwald avait aussi fait éruption dans deux scènes.

Enfin, tout un arsenal qui aurait pu plonger le plus nostalgique d’entre nous dans des souvenirs de jeunesse. Et pourtant, selon les critiques le long métrage de la Warner Bross a failli à sa tâche. D’ailleurs, elle n’est pas à sa première pour ce qui est de la saga. Tous les lecteurs d’Harry Potter ont été déçus par les films qui relataient les aventures du jeune sorcier. Ce film s’ajoute alors aux quatre précédents échecs de Yates.

L’histoire commence avec un Eddie Redmayne avec sa valise assis sur la banquette du pont d’un navire le transportant à New York. Arrivé à New York, le magico-zoologiste se fera inspecté par la douane, mais réussira avec finesse à duper le contrôleur non-mage (dit moldu dans la série potterienne). Sa rencontre avec Kowalsky se fera dans une banque où ce dernier essayera d’avoir un prêt pour ouvrir une pâtisserie. C’est à cet instant que les ennuies commenceront pour Dragonneau. Un Niffeleur s’échappera de sa valise donnant le coup d’envoi à une aventure qui durera deux heures treize minutes.

Le déroulement est en soit un mélange de suspens mal-entretenu et de situations comiques dans lesquelles tous les comédiens peinent à faire valoir leur talent. Le rythme effréné nous obligera à rester attentifs. Toutefois, il est presque impossible pour les fans moldus de suivre la trame narrative et les détails d’un monde magique si inconnus à eux. Seuls les fans sang-de-bourbe pourront attraper le fil directeur du Scenario de J.K.

Mon avis

+ L’apparition de Ron Perlman dans le rôle de Gnarlack a été pour moi un moment jouissif, son perso a tout gardé du président déchu des Sons of Anarchy.

+ David Yates et son équipe nous ont servi de merveilleuses scènes de combats sans oublier l’univers dissimulé dans la valise de Norbert.

+ Dan Fogler (Kovalsky) est son doute le plus drôle de l’adaptation. Ses vannes étaient souvent bien placées ce qui nous retirait quelques sourires.

–  Les personnages féminins n’avaient que des rôles secondaires, le talent de celles-ci fut estompé par des dialogues très courts où la gent féminine du film n’a pas pu s’exprimer.

– Grindelwald n’arrive même pas à la cheville de celui dont on ne doit pas prononcer le nom. Il est bien fade, espérons qu’il se fera pousser quelques narines ou qu’il perdra son nez pour nous faire un peu plus peur.

– Le cadre américain est à oublier pour la suite. Cet épisode de la saga a perdu tout son charme en quittant les terres de Sa Majesté la reine et devra peut-être y retourner pour la suite afin de donner plus de piment.

Enfin, pour ceux qui seront toujours en quête de la suite des aventures du monde des sorciers, profitez de cet amuse-gueule gourmand, la suite sera peut-être meilleure.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s