«Un fauteuil sur la Seine», Amin Maalouf

Il a voulu rendre un hommage à son prédécesseur et puis il s’est dit pourquoi ne pas rendre un hommage à tous ceux qui l’ont précédé sur le 29e fauteuil de l’académie française. Quatre siècles, dix-neuf hommes et une histoire le moins qu’on y puise dire est qu’elle est merveilleuse, le tout servi sur les abords de la Seine.

Un autre fleuve se diront ceux qui ont eu l’occasion de lire mon précédent billet. Un autre témoin répondrai-je. La Drina et son pont ont été témoins des conflits des peuples de l’est, la Seine a été spectateur du peuple français, sa gloire et sa décadence, ses consécrations et ses déceptions.

Amin Maalouf en bon conteur nous servira les histoires de ses hommes mais pas seulement. Son conte mettra à nue l’histoire de la France depuis 1635 jusqu’à nos jours. Les dix-huit hommes qui se sont succédés sur le fauteuil ne seront qu’un alibi pour illustrer les renversements qu’à connue Lutèce.

Les débuts de l’académie

Lorsque Valentin Conrart a rassemblé ce cercle littéraire en 1624, il était loin d’imaginer l’envergure que son projet prendra en une dizaine d’année. En effet le grammairien et avec lui ces compagnons se réunissaient dans sa maison pour parler d’affaires, de nouvelles, de belles lettres et partageaient leurs écritures pour que chacun puisse donner son avis. Une joyeuse bande qui palabrait loin des regards sans grandes pompes ni protocole.

« …et leurs conférences étaient suivies tantôt d’une promenade, tantôt d’une collation… Ils parlent encore aujourd’hui de ce premier âge de l’Académie comme d’un âge d’or durant lequel, sans bruit, sans pompe, et sans autres lois que celles de l’amitié, ils goûtaient ensemble tout ce que la société des esprits et la vie raisonnable ont de plus doux et de plus charmant. » P10

Tout changera lorsque le poète Claude Malleville parlera des discussions à un certain Nicolas Faret qui à son tour sera reçu et racontera le tout à l’abbé de Boiserau qui n’était autre que l’un des amis proches du Cardinal Richelieu.

La suite vous la connaissez sans doute, le cardinal prit sous son aile le cercle et le gratifia du titre de l’académie française. Un honneur dont se serai passer volontiers la bande de Conrart. Voltaire commentera quelques années plus tard.

“…Elle a une origine encore plus noble que celle qu’elle reçut du cardinal de Richelieu même ; c’est dans le sein de l’amitié qu’elle prit naissance. Des hommes unis entre eux par ce lien respectable et par le goût des beaux-arts, s’assemblaient sans se montrer à la renommée ; ils furent moins brillants que leurs successeurs, et non moins heureux.”

C’est ainsi que fut entamée l’histoire de l’Académie française lieu où se réuniront écrivains, poètes, philosophes, hommes de religion, médecins et scientifiques pour entretenir la flamme de la culture française. Des surprises aussi elle en a connu, de ces élections ont émergé des noms dont nous n’aurions jamais imaginé qu’ils se feront une place. Ainsi, l’histoire nous rappellera l’élection surprenante qui offrira à Flourens un siège avant Victor Hugo et qui ravira à Corneille le sien.a

« Un Fauteuil sur la Seine » est un livre estival par excellence. Un écrit qui nous divertira tout en nous racontant l’histoire de la plus grande autorité de langue française au Globe. Ajoutant cela qu’il s’agit d’un Maalouf fidèle à sa tradition livresque. Qu’est ce que vous attendez pour aller l’acquérir ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s