Les aventures de Hadji Baba, James Morier

Les Français ont leurs empereurs, les Anglais ont leurs reines, les Russes ont leurs tsars, les Allemands leurs kaisers, les Romains leurs césars, les Égyptiens leurs pharaons, les Turcs ont leurs sultans et les Indiens leurs maharadjas et nouwabs tandis que la Perse et les Persans ont leurs Shahs. James Morier n’en était pas un, son nom ou son teint ne l’ont jamais aidé pour accéder à ce privilège. Toutefois, l’anglais qu’il est a pu marquer de son empreinte la littérature persane en traduisant et assemblant les aventures de Hadji Baba d’Ispahan. L’aventurier britannique a retranscrit en intégralité le travail fait par un certain Mirza Habib qui pour sa part a rassemblé et assemblé les aventures de Hadji Baba se donnant la liberté de l’incrémenter de descriptions issues de la poésie du grand Ferdowsi.

Hadji, fils de barbier de son état, il apprit dans sa ville natale des rudiments de langues de savoirs et le métier de son père. Hadji l’asphahani se laissera attirer par les filets de l’aventure rapidement. Un marchand à qui il administra des soins de barbier (le métier de barbier ne se limitait pas à affiner la moustache et la barbe, mais dépassait de loin cela. Un barbier devait raser têtes, administrer des soins de peau, appliquer des massages et astiquer ses clients) l’invita à faire parti de son voyage. Le fils de barbier ne se laissa pas prier et rejoignit le commerce du marchand. Leur caravane se fera attaquer par des Turkmènes, Hadji fut alors emprisonné et c’est là que commencera son récit.

L’orient nous a apporté deux chefs-d’oeuvres, les mille et une nuits, et Hadji Baba. #Gobineau

Brigand, marchand de fumée, porteur d’eau, derviche, médecin, bourreau du Shah… etc., des costumes que Hadji a portés tout au long de son périple pour mettre à nue une société aux mœurs corrompues. Ces périples lui feront connaitre que les porteurs de l’habit de la religion sont les pires scélérats et que les derviches ne sont en réalité que des anticonformistes qui vivent sous l’habit de soufies. Il saura aussi qu’il n’y a pas de différence entre le plus hideux criminel et le proche de ses paires. Tous deux saisiront l’occasion de plumer à condition qu’ils aient l’occasion.

Ce livre est aussi une puit qui renferme un lot de moralités servi avec le plus grand discernement. je vous laisse le soin de lire celle qu’un vieillard servi à Hadji alors qu’il s’apprêtait à aller voir un juge pour un conflit d’argent.

Ami dit-il, écoute les paroles d’un vieillard. Garde ce que tu possèdes et sois-en satisfait. En te présentant devant le juge, tu devras commencer par lui donner tout ce que tu as de certain pour obtenir la plus maudite de toutes les fortunes, celle de l’incertitude.

Mon avis de lecteur, le périple de Hadji Baba est un récit étonnant et riche de rebondissements. La monotonie y est étrangère et le défilement des personnages égaye ses 80 chapitres. Les 573 pages qui le composent défileront avec aisance comme les ruisseaux printaniers de Chiraz. Sa littérature itinérante vous fera connaitre un Iran avec ces peuples et ces régions. Fumer donc ce tabac et laisser votre imagination danser sur sa fumée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s