Un amour impossible, de Christine Angot

Ce livre a été cité comme le deuxième titre le plus marquant et attendu de la rentrée derrière le roman de Liberati « Eva ». Il a été pour moi la deuxième lecture de cette rentrée aux 589 titres. Christine Angot a pioché dans son histoire personnelle pour trouver de la matière. Sont rapportées, l’histoire de sa mère avec son père, son enfance, adolescence et même une partie de sa jeunesse avant de faire un saut pour l’Angot actuelle.

Séduisant par son style, Christine a su toucher avec élégance là où il fallait. Le profil qu’elle a dressé pour son père était plus intéressant, si nous le comparons à celui effacé de sa mère. Tout au long des pages, je me suis demandé comment elle a fait -après tout ce qu’elle a subi- pour écrire sur son père de la sorte.

Pour revenir à l’histoire racontée. Son enfance n’est pas des plus originales. En effet, tous ceux qui ont souffert de l’absence du père ont vécu ce genre de situations : une seule signature dans les carnets d’écoles, porter le nom de la mère « Shwartz » et ne jamais se rappeler la fête des Pères. L’absence du père donne aussi l’occasion de vivre des moments de pur bonheur partagé avec l’être maternel. Son adolescence marquée par la présence irrégulière de Pierre (le père). Une présence même si interrompue, qui lui offrira un autre bonheur, celui d’être en compagnie d’un être intelligent, charismatique et érudit. Elle aura l’occasion d’apprendre auprès de lui, de se sentir enfin fière de celui qui un jour l’a quittée parce que sa mère Rachel issue d’une famille modeste ne faisait pas le poids. Puis, viennent l’errance et la perte de ses repères. Le jour où elle avoua que son père profite d’elle en toute insouciance du proscrit n°1 de la société : L’inceste. En guise de réaction, Christine déferlera sa colère contre son père et sa mère, je cite :

“Dans les années qui ont suivi, j’ai commencé à lui attribuer mes échecs. Je l’accusais de ne pas s’être remise en question, de n’être restée en analyse que trois ans, d’avoir trouvé en mon père un coupable facile, de ne pas avoir réfléchi à sa propre responsabilité dans ce qui m’était arrivé. Je lui conseillais de ne pas s’étonner, par conséquent, de la difficulté dans laquelle sombrait notre relation. Je lui disais que j’étais la victime de leur égoïsme à tous les deux. Qu’ils étaient pareils sur ce plan-là. Uniquement préoccupés de leur regard l’un sur l’autre… ” Angot, Christine. “Un amour impossible (Flammarion, 19 août).” iBooks.

En prenant ce livre, je savais à quoi je m’attendais. Toutefois, la manière avec laquelle Christine Angot nous annonce les évènements m’a surpris. N’étant pas habitué à la littérature personnelle (dont je ne suis pas un fervent adepte). J’appréciais le fait de partager avec inconnue ces moments les plus intimes. Quelques passages m’ont mis mal à l’aise, surtout ceux où l’écrivaine parle de ses relations avec son père. D’autres m’ont poussé à réfléchir sur ces combats menés par les classes sociales pour aucune raison si ce n’est prouver que toutes restent invariables. L’échange de lettres entre Rachel et Pierre, puis Pierre et Christine et après entre Christine et Rachel est fidèlement rapporté. Le scribe qu’est Christine s’est amusé à exhiber le tout. Un fait qui m’a légèrement ennuyé et qui m’a mis d’accord pour une fois avec Eric Neuhoff qui les a caractérisées de lettres plates.

Verdict, un roman social aux allures psychologiques où Angot essaye plus de convaincre son intelligence et son entourage de la raison du traumatisme qu’elle a subi plus tôt qu’adresser une lettre d’excuse à sa mère. La maitrise et le style de l’écrivaine se prononceront avec force dans sa reconstitution de son enfance d’une manière détaillée, loin du résumé et sans omettre aucun détail. Malgré tout, je dois avouer que le livre ne recèle pas de chaleur, sa forme linéaire nous plonge dans une pensive -en hommage à celle de Dumbledore- froide.

Publicités

Une réflexion sur “Un amour impossible, de Christine Angot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s