Le périple des hommes amoureux, Jean Zaganiris

Qu’il était rapide ce 1er roman de Jean Zaganiaris (essayiste et enseignant-chercheur au CERAM). Si je voulais reprendre le jargon utilisé par l’auteur dans son écrit, ça serait un roman aussi rapide qu’un adolescent souffrant d’éjaculation précoce. Trois histoires, trois villes, trois périodes et assurément plusieurs destins. Plusieurs : c’est ce qu’on peut admettre à première lecture.

Si vous voulez un jugement de valeur hâtif : nous avons affaire à un livre agressif et provocateur au vrai sens du terme. Vulgarité, expressions sexistes, gros mots à la pelle et surtout un semblant d’enquête exclusive où sexe, drogue et alcool sont rois. Pour la petite histoire, si nous comptions le nombre de futs consommé de bières de vins, et de je ne sais qu’elle calamité spiritueuse, nous serions débordés pour les générations à venir. Pourtant, l’éditeur le décrit comme un périple entre trois villes, trois époques et trois pays.

Accompagné de Yannis le marocain habitant à Casablanca, Jean le français de Cannes et Ioannis le Grec d’Athènes. Nous ferons le tour de la culture méditerranéenne. Plus intéressant, on se paiera un voyage spatiotemporel avec un sociologue qui nous laisse découvrir sa pensée à travers son œuvre littéraire. Lire ce livre n’est pas une affaire aisée. En effet, le récit de Jean (Zaganiaris) est un manège d’émotions et d’histoires. Allant du superficiel : un Yanis qui n’apprécie la compagnie d’une fille (Samia) que pour sa chaire, un Jean qui s’amourache d’une femme qui a deux fois son âge et un Ioannis dont le rythme de sa vie est dicté par les bruits que provoque sa mère quand elle rentre aux premières heures du matin. Jusqu’au plus profond : un désir d’être aimé, des rêves d’écriture, et des espoirs menant à une quête du bonheur. Tout en expérimentant les facettes de ces états que sont les personnages. Pour mener sa tâche, l’auteur a misé sur la confusion et la déroute. Lecteur, je me suis senti comme cet Ulysse de l’odyssée (poème épique cité dans le roman) essayant de retrouver ses repères. L’écrivain se joue de nous en mélangeant ses pinceaux avec trivialité.  Les histoires s’entremêleront et laisseront apparaitre une similarité entre les trois destins. Notre ami Mokhtar Chaoui élucidera cette confusion. Se faisant aider par l’auteur, il explique que les trois prénoms signifient « jean ». Le livre est aussi une encyclopédie de littérature marocaine. Vous y trouverez des dizaines de noms d’écrivains et d’œuvres. Partant de Laftah à Taïa, surtout, vers la fin de la page 29 et le début de la page 30 une palette riche en couleurs. Le tout, bien évidemment, servi avec une scène pornographique de bas de gamme. Un écrit drôle, éducatif et qui ne manque pas de métaphores. Bien des phrases ont pu retirer de moi un sourire et même quelques rires. Je retiens surtout celles où l’auteur prenait la parole pour s’adresser directement à nous.

Lectrice, lecteur, lectrans*, ne vous laissez pas duper par les voix des personnages. Je vous aurai prévenus… Ne vous laissez pas duper par les lieux, les dates… Ne vous fiez pas aux apparences… Vous savez, c’est un livre que vous avez sous les yeux, rien d’autre…

Il y a encore ces phrases métaphoriques. Où est comparé l’enthousiasme de Yannis et son camarade pour les cuisses d’une catin à celui de deux révolutionnaires se rendant aux barricades pour le grand soir. Ou encore, cette comparaison de la séduction à une partie d’échecs P168.    Le sociologue n’oublie pas les maux de son monde. P73 c’est un hommage qu’il rend au féminisme, P162 il nous prévient contre le Sida tandis qu’on retrouve une petite romance qui dégagera le visage humain de Yanis.

Pour finir, je dirai que ce livre est trash. Du coup, je ne le conseillerai pas aux âmes sensibles. Cependant, un sens y est occulté, libre à vous, de mener ce périple pour le trouver.

*Lectrans : lecteur transsexuel. Un clin d’œil zaganiaricien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s