Pardonnerez-vous au diable ?

Le pardon, mot rare de notre époque. Combien de personnes ont pardonné d’un pardon aussi franc et sincère que l’eau pure qui coule dans un ruisseau dans les montagnes le lendemain d’un hiver ? Combien d’âmes ont choisi le pardon et non la vengeance pour remédier à leurs souffrances ? Combien de pères ont pardonné au violeur de leurs filles ? Et combien de mères ont pardonné au meurtrier de leurs fils ? Combien de fils et de filles ont pardonné ceux qui ont violé leurs mères devant leurs yeux avant de les obliger à les tuer ?

Le pardon est l’une des vertus les plus convoitées, mais aussi les plus délaissées. Il surpasse ainsi le dogme allant même jusqu’à ne paraitre dans aucun registre d’éthique. Le pardon est hors lieu et temps, il navigue au-delà des cieux s’imprégnant du plus divin et plongeant vers l’image de dieu sur terre sans pour autant l’introduire. Le Pardon effleure les âmes des mortels avant de choisir les élus qui le porteront jusqu’à la fin de leurs jours.

Dickens racontait ainsi dans son livre « des maux », l’histoire d’un condamné à mort filmé dans un pénitencier des États-Unis qui racontait la transformation qu’avait provoquée sa rencontre avec les parents de sa victime : « Jamais je n’ai eu aussi peur de ma vie et, quand ils m’ont dit qu’ils me pardonnaient, j’ai senti le sol s’ouvrir sous mes pieds et j’ai éclaté en sanglots. J’ai pu ensuite pleurer pendant des mois. En me montrant ce que c’est qu’être humain, ils m’ont aidé à prendre conscience de mon crime. ».

« Le pardon est la plus belle fleur de la victoire. » Proverbe arabe

Dans les religions monothéistes, on reconnait la religion chrétienne comme la plus incitante au pardon, on y lit dans le Siracide « Pardonne à ton prochain qui t’a offensé, et tes péchés te seront remis quand tu le demanderas. » Inconditionnel, sans revers ni regret c’est ainsi qu’on le caractérise. Non loin des chrétiens chez le musulman aussi l’incitation au pardon est forte conseillé on y retrouve notamment dans le coran « Qu’ils pardonnent et absolvent ! N’aimez-vous pas que Dieu vous pardonne ? Et Dieu pardonne et Dieu est très miséricordieux ! » les juifs pour leur part célèbrent le jour du pardon en jeunant.

Mais, parce qu’il y a toujours un « mais » dans mes histoires tous les pardons qu’annoncent la théologie et les dogmes ne se réalisent jamais. L’homme, et même si dieu la façonné à son image, est incapable de pardonner même quand il le scande haut et fort. L’histoire ne fait que nous certifier ceci jour après jour : les chrétiens n’ont pas pardonné au païen et les ont tués après que l’Empire romain s’est converti, les juifs n’ont jamais pardonné aux chrétiens de les avoirs brulés aux buchers de l’inquisition et les musulmans n’ont jamais pardonné les trahisons des juifs et les massacres des croisades perpétrés par Baudouine et sa compagnie de fanatique religieux chrétiens.

Le pardon ne s’arrête pas seulement à la vertu qu’on offre aux autres, mais il la dépasse pour se projeter sur nous, être si pêcheurs et si pleins de remords. Pardonnez-vous vous-même ? Car pardonner à soi se trouve être la plus désagréable, désobligeante et difficile interrogation qu’on peut se poser.

Le pouvoir du pardon est donc ce fruit rare qui fuit en étant enfoui quelque part loin de toutes ses âmes vivantes sur terre. Et s’il y a quelqu’un qui en lisant mes dits se dit que lui il pardonne d’un pardon ruisselant, je lui poserai alors une seule question sans pour autant attendre une réponse.

Pouvez-vous pardonner à Satan et lui demander le pardon du Très-Haut ?

Sur l’entité du Diable,

Lourde, elle l’est cette responsabilité qui m’incombe pour aller dans le raisonnement que j’ai poussé sur le pouvoir de l’humain qui pourra pardonner au diable. Mais avant de partir sur cette capacité qu’un être pourrait avoir et posséder afin d’en user une fois le temps venu. Définissons l’entité qu’est le diable pour commencer.

Dans le tarot marseillais le diable est caractérisé par une notion qui dépasse le bien et le mal je cite ce passage du dictionnaire du tarot « Le Diable n’est ni bon, ni mauvais. Prince du monde de la matière, il est là pour nous apprendre à sublimer cette dernière. Il est symbole de pouvoir terrestre, de réussite matérielle, de puissance sexuelle, de triomphe financier. »

Dans les religions monothéistes on parle du diable comme étant l’entité où le mal réside. Rebelle ayant acté le premier acte de rébellion contre dieu. Il est ensuite celui qui a fait descendre Adam du paradis en l’incitant à manger le fruit défendu. L’interprétation que tous les croyants sans exception font pour le diable découle de cet incident, il est donc celui qui essayera de nous égarés. Tous nos pêchés découlent de son influence sur nous. Et nous êtres humains nous ne sommes que des âmes pures attendant d’être défloré par le diable pour agir de la manière la plus cruelle.

Dans le bouddhisme on retrouve une vision presque égale à celle du tarot marseillais ou le diable (Mara) n’est pas le mal, mais juste ce qui représente notre désir pour tout ce qui est matériel. Ainsi le diable est cet ego qui nous éloigne du monde spirituel et nous rapproche du monde matériel. La définition du diable nous offre une palette de choix illimité et très varié libre à nous de choisir celle qui nous conviendra le mieux.

A suivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s